AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une de mes fictions dans le monde imaginaire de Warhammer.

Aller en bas 
AuteurMessage
Goltor
modo
avatar

Masculin Nombre de messages : 283
Age : 26
Localisation : Dans votre corbeille !
Emploi : Ecriture, Warhammer, Lecture.
Loisirs : Cela dépend des instant !
Date d'inscription : 19/02/2008

MessageSujet: Une de mes fictions dans le monde imaginaire de Warhammer.   Ven 22 Fév - 18:43

Chapitre 1 :

Le jeune Motha était fatigué de toutes ces batailles menées à l’intérieur même de Naggaroth, en effet, voilà deux ans qu’il menait une campagne ardue contre un Seigneur qui avait osé reprendre le Roi Sorcier car ce dernier avait écorché le nom du général.
Motha ne voulait rien avoir avec la Cour de Naggarond, il méprisait les divers Dynastes qui complotaient sans cesse, ignorant que Malékith savait, qu’il connaissait, grâce à ses espions, tous ceux qui essayeraient de prendre sa place.
Motha voulait en finir au plus vite, et par tous les moyens si cela permettait d’accélérer les choses.
Mais voilà qu’il fut interrompu dans ses pensées.
« L’ennemi approche ! Siffla un soldat, essoufflé, il est en grande majorité, que dois-je faire ? »
- Mentez et dites aux troupes que la victoire sera rapide

Motha savait que son adversaire préférait employé des unités de tir, et il connaissait bien la faille de ce genre d’armée, la cavalerie était donc nécessaire. De toute façon, pour Motha Therimandril, la cavalerie a toujours son utilité.

- D’un air lassé, il fit signe aux Cavaliers Noirs de foncer le plus rapidement possible vers les flancs de l’armée tandis que quelques unités allait protéger les chevaliers Sang Froids des tirs.

Motha lui, commancait avec sa propre unité à contourner le champ de bataille par les montagnes,

Les premières flèches s’abattaient sur les cavaliers, qui eux ripostait de même grâce à quelques arbalètes distribuée lors d’une précédente bataille.
Le premier choc eu lieu, ils n’eut pas lieu contre des druchii mais contre des esclaves asservis, qui offrirent une résistance faible mais tenace.

Pendant ce temps, les cavaliers qui se chargeaient du flanc furent attaqués par des harpies, ces dernières arrivèrent à arracher le Paladin du régiment de son destrier.
Les cavaliers noirs brisèrent les dernières lignes d’esclaves avant de se replier pour laisser continuer le boulot au Sangs Froids.
Les arbalétriers ennemis tirèrent plusieurs carreaux qui n’eurent pour effet que de rendre fou furieux les sauriens.

Ayant achevé de contourner les collines, Motha et ses hommes se ruèrent de toute force vers le général ennemi, qui était monté sur un énorme pégase, ce dernier repéra le général, il fit donc un geste étrange, il demanda à ses gardes du corps de s’éloigner, c’était signe de défi.

-Pauvre petit, ricana t-il, encore un des pantins du Roi Sorcier, que vous êtes naif, Malékith, de m’envoyer un elfe à peine sorti du berceau, soit, je vais exaucer ton désir de mourir.

Offensé par l’insulte que venait de lui lancer son adversaire, Motha, apparemment plein de rage, chargea de plein fouet et abbati sa lance à travers le crane du pégase.

-Fatal erreur mon petit ! Tu as peut-être tué mon pégase, mais j’ai les ressources pour le remplacer, par contre, tu viens de signer ton arrêt de mort !

Motha eu tout juste le temps d’esquiver l’attaque du vieux dynaste elfe noir et dégaina son épée puis la planta dans le ventre du vieillard.

-Incroyable ! Dame Emandruiak ne s’était pas trompée, vous êtes celui dont elle a besoin, prenez mes hommes, faites en ce que vous voulez, ils sont à vous, puissiez vous subir le même sort que le mien ! Cracha t-il .

Un envoûtement, ce druchii avait été envoûté par une sorcière ! Toutefois, le combat avait été une réussite, si bien que le moral des troupes fut renforcé.

Motha retira son casque, la journée s’était finalement plutôt bien passée, mais qui sait ce que l’avenir réservait à ce jeune elfe noir ?
Chapitre 2 :

Le vent glacé soufflait sur les tours élevées de Naggarond, et Motha avait du mal à trouver le sommeil. Il souffrait de maux de tête, et décidai de se lever quand une douleur fulgurante le frappa. Agenouillé sur le sol, la sueur coulait à flot, ce ne pouvait être qu’un cauchemar, mais ce n’en était pas un, il avait l’impression que sa cervelle allait exploser tellement il avait mal au crâne, soudain raide, il tomba, il essayait de se débattre, mais une force invisible l' en empêchait.
Soudain, une silhouette apparut dans ce qui semblait être sa chambre, qui petit à petit, devenait un terrain hostile et froid, la silhouette, apparemment féminine, approcha de Motha et cracha :
-Debout !
Motha était fou de colère, comment une femme osait elle lui parler comme un chien, mais il ne se contrôlait pas, le monde où il se trouvait n’était que magie, cette femme n’était que magie, il n’était que magie ! Devant sa résistance, la sorcière prononça un mot et Motha était debout.
-Tu te demandes pourquoi tu es ici ? Sache que tu n’es nulle part ! Mais ta vision est en quelque sorte bien réelle ! Tu parleras quand j’en aurais envie !
-Motha voulut serrer les poings, mais il restait debout, immobile, dans ce qui semblait être l’Enfer.
-Sache que si tu es ici, c’est pour ta propre sécurité ! Tu es actuellement considéré comme mort, le temps est différent, dans cette dimension !

Motha ne comprenait plus rien, il était mort, c’était ce qu’elle venait de dire ?

-Sache que je peux lire en toi comme dans un vieux grimoire ! Tu ne m’a pas tout à fait compris ! je me nomme Emandruiak, maintenant, si je t’ai sauvé la vie, c’est uniquement pour mon intêret.

Motha voulait hurler, mais aucun son ne sortait de sa bouche.

-Tu te situes actuellement dans une impasse, sois, tu restes à Naggarond et tu te retrouve les yeux vides, sans l’étincelle de vie, sois tu me rejoins et… tu trahi définitivement le Roi Noir !

Trahir le Roi Noir ? Pensait-il,

Motha savait très bien ce qu’il advenait des traîtres à Naggaroth, une décapitation ou au mieux, la mort durant le sommeil. L’idée de la mort ne plaisait pas à Motha, mais l’idée de trahir le Roi Sorcier revenait au même.

-Tu es long à la détente ! Soit, pas étonnant venant de la part d’un Asur…

Motha ouvrit de grand yeux, voyant la réaction du jeune elfe, Emandruiak reprit :

-Ceci t’étonne ? Pas étonnant, quand on sait que tes parents ont été massacrés comme des bêtes et que tu remplaçais le fils perdu d’une famille druchii… Qui ne t’avait adopté que pour remplir le rôle d’un druchii que tu n’étais pas !

Motha voulait mourir, lui qui avait été élevé dans la haine de ce qu’il était vraiment, il ne voulait rien n’y savoir, cette sorcière mentait..

- Cela ne te fait aucun effet, n’est ce pas ? De savoir que tes vrais parents furent assassinés par des druchii ? Car tes parents étaient eux même des traîtres à nos décadents cousins, les pauvres fous, elle ricana, rassure toi ! Tout ceci était faux ! Hormis le fait que tes parents furent tué par nos propres frères ! Actuellement, même ta deuxième famille a subi ce sort !
Le Roi Sorcier t’a utilisé, et en attendant de t’avoir vidé de tes espoirs, il a essayé de t’assassiner, cette nuit même, d’ailleurs, j’espère que tu te plaira bien dans ta fosse commune !

Motha regarda attentivement la sorcière, la trahison, ou la mort. Le choix était fait…

-Très bien, j’accepte de me joindre à vous !

hapitre 3 :

Motha, après avoir prononcé ces mots, tomba sur le dos, et tout redevint normal, hormis le fait qu’il était enterré sous deux mètres de terre…
Essayant de se débattre, il n’arrivait plus à respirer, et il senti la présence glaciale des os humains… Il était non seulement dans une fosse commune, mais celle-ci servait à enterrer les esclaves.
Motha se résigna à attendre, pendant les quelques secondes qui lui restaient à vivre, il lui semblait que l’éternité allait défiler devant ses yeuxavant qu’il ne repose en paix.
Quand alors, la lumière si chaude et si agréable du soleil apparut devant ses yeux éblouis.

-Commandant ! La liberté redevient votre !

Parmi ces voix qu’il entendait, il reconnu celle des chevaliers sang froid de son unité, restés fidèles à leur chef plus qu’à leur roi.

-Dépêchez-vous ! Seigneur Therimandril ! Les troupes du Roi Noir vous croit mort, mais vous êtes bien vivant !

Motha était étonné de l’extrême loyauté de ses hommes, il savait que certains d’entre eux le détestaient, mais une obscure raison les poussait à le servir de nouveau.

-Thanor, le Roi Sorcier a demandé l’exécution de toutes personnes ayant servi ou connu le Seigneur Motha, notre fuite doit être rapide et efficace. Préparez un Sang Froid pour notre commandant ! Ordonna un Cavalier haut-gradé.

« Alors le Roi Sorcier a décidé de se débarrasser de moi, moi qui était parmi ses plus loyaux et combatifs généraux. Maudit soit-il ! » Pensait le commandant Therimandril.

Mais une discussion entre deux guerriers le sorti de ses réflexions…

-Maudit sortilège, nous ne sommes plus maîtres de nos actes…
-Cela ne change rien, il est trop tard pour faire marche arrière, maintenant, dépêchons nous !

« Un sortilège ? Cette vieille pie a vraiment pensé à tout ! »

-Seigneur Motha, nous avons été repérés, il est temps de fuir ! Hurla un éclaireur.

Motha, qui savait ce qu’il adviendrait si il continuait à attendre, ordonna la fuite à ses troupes. En laissant toutefois quelques troupes en retrait pour ralentir l’ennemi, et pas n’importe lesquelles : En effet, il allait abandonner les troupes appartenant à l’origine à l’armée de la Sorcière.

Et ainsi, la fuite se déroula sans encombre !

Mais cela ne pourrait pas durer, Motha le savait.




Tandis que Emandruiak portait un verre rempli liquide rougeâtre vers ses lèvres pulpeuse et glaciale, elle regardait l’horizon de ses yeux noirs de jais au regard profond dévoilant une intelligence supérieure. Son nez fin lui permettait de savourer au maximum le précieux vin coupé du sang de ses esclaves morts treize heures auparavant. Ses cheveux foncés comme le crépuscule couvrait ses oreilles, ne laissant dépasser que les deux pointes. Sa peau était, on aurait pu le dire, faite de lait tellement elle était pale. Une précieuse goûte du breuvage impie coula du calice et longea son bras jusqu’à un bras laissant apparaître une magnifique bague avec une pierre rouge sanguine.
Emandruiak était satisfaite de cette journée, son nouveau guerrier allait lui assurer une victoire facile sur les peaux verte de la région, ces derniers ayant mangé son précédent champion lors d’une bataille apocalyptique.
Mais elle n’avait pas le droit à l’erreur. Au moindre échec, elle se retrouverait la tête sur une pique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une de mes fictions dans le monde imaginaire de Warhammer.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un monde imaginaire
» Ce que vous aimeriez changer dans le monde du catch
» Le SIDA dans le monde
» RESTER DE BONNE HUMEUR DANS LE MONDE D'AUJOURD'HUI de Martin Marceau
» [JEU] A LA POURSUITE DE CARMEN SAN DIEGO DANS LE MONDE : Devenez enquêteur sous Android [Gratuit]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jap'Mania :: Divers :: Les galeries :: Créations littéraires-
Sauter vers: